La dialectique du capitalisme en une image

La dialectique du capitalisme

En effet, il s’agit bien de la dialectique du capitalisme, mais l’image ne prend que le point de vue du capital, cachant ainsi ce qu’est le capitalisme tout en faisant la promotion du syndicalisme comme la solution « à la stupidité ». La dialectique est une méthode de raisonnement qui consiste à analyser la réalité en mettant en évidence les contradictions de celle-ci et à chercher à les dépasser. En l’occurrence, dans le capitalisme, les contradictions sont entre le capital et le travail. Le capitalisme, c’est la lutte des travailleuses et des travailleurs pour améliorer leurs conditions de vie, principalement à travers le salaire, vie qui est organisée par le capital qui exploite le travail du prolétariat afin de tirer un profit à partir de la différence entre la valeur du salaire et la valeur de la production totale du travail grâce à la vente de marchandises au prolétariat. L’image nous montre très bien ce que nous venons d’expliquer, cette relation de conflit fondamental, ces contradictions, mais pourtant d’unité fondamentale, cette dialectique, entre capital et travail.

Soulignons ici la différence entre capital et capitalisme: le capital est la force économique objective d’organisation de la vie tandis que le capitalisme est la relation entre cette force et l’existence humaine, la subjectivité, la vie en général. Cette économie, ce mode de production, prend le nom de capitalisme à cause du caractère dominant que prend le capital dans cette relation.

Il nous apparaît donc évident que le syndicalisme est une chose normale et désirable dans le capitalisme. Grosso modo, sans la lutte du prolétariat pour acheter plus de marchandises en améliorant les salaires, le capital ne pourrait pas vendre plus de marchandises et ainsi grandir lui-même. Cela n’empêche pas le capital d’être l’ennemi du syndicalisme, car, pour les capitaux individuels, le syndicalisme tend à réduire les profits individuels. Nous pouvons donc souligner ici l’aspect politique fondamental du capital: la compétition comme impératif. C’est pour cette raison que le capital lutte contre le prolétariat et tente de détruire ses organisations, les syndicats en premier lieu.

Nous pouvons maintenant comprendre pourquoi l’image s’appelle Le Cercle de la stupidité. La crise économique est le résultat logique et récurrent de l’économie capitaliste. Expliqué de manière simplifiée, le capital grandit pendant un certain temps grâce à la désorganisation ou à l’inertie des travailleurs, mais celui-ci n’arrive pas à écouler tous les nouveaux produits nécessaires ou attirants qu’il met en marché. La crise économique apparaît donc et accélère les attaques contre le prolétariat. Celui-ci réplique avec ses syndicats et force le capital à se réorganiser pour relancer l’économie en accordant des meilleurs salaires et de meilleures conditions de travail. Le cercle de la stupidité peut donc ainsi recommencer.

Nous comprenons donc que le syndicalisme n’est pas une solution au capitalisme; il en est une partie constitutive. Si nous voulons sortir de ce cercle de la stupidité, nous avons besoin d’une solution qui sort de la logique du capitalisme. Cette solution historique s’appelle le communisme, car cette nouvelle société se base sur certaines caractéristiques positives de la société actuelle tout en leur donnant un nouveau contexte afin de dépasser les limites de la société capitaliste.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :