Žižek et la gauche critique contemporaine

Slavoj Žižek a écrit en quelques paragraphes révélateurs, dès le début de son livre Après la tragédie, la farce ! Ou comment l’histoire se répète, la situation de la gauche critique contemporaine. Il écrit comme suit :

Au bien vieux temps du Socialisme Réellement Existant, une plaisanterie prisée par les dissidents servait à illustrer la futilité de leurs protestations. Au XVe siècle, quand la Russie était occupée par les Mongols, un moujik et sa femme marchaient sur une route de campagne poussiéreuse; un cavalier mongol s’arrêta à leur hauteur et dit au paysan qu’il allait violer sa femme; puis d’ajouter: « Mais comme le sol n’est pas très propre, tu vas me tenir les testicules pendant que je viole ta femme, histoire qu’ils ne prennent pas la poussière ! » Le Mongol ayant fait son affaire et s’étant éloigné, le moujik se mit à rire et à sauter de joie. Étonnée, sa femme demanda : « Tu sautes de joie alors que je viens d’être brutalement violée en ta présence ? » À quoi le moujik répondit : « Mais je l’ai bien eu ! Ses couilles ont ramassé la poussière ! » Cette triste plaisanterie révélait la fâcheuse habitude des dissidents : quand ils pensaient porter des coups sérieux à la nomenklatura du Parti, ils ne faisaient que légèrement souiller ses testicules, et l’élite dirigeante continuait de violer le peuple…

La gauche critique contemporaine n’est-elle pas dans une position similaire ? (D’ailleurs, à la liste de ce qui éclabousse un tant soit peu les puissances en place, on peut ajouter les dénominations « déconstruction » et « protection des libertés individuelles »). Lors d’une fameuse passe d’armes à l’université de Salamanque, en 1936, Miguel de Unamuno lança aux franquistes : Venceréis, pero no convenceréis (« Vous vaincrez mais vous ne convaincrez pas ») – est-ce là tout ce que la gauche actuelle peut dire au capitalisme global triomphant ? La gauche est-elle prédestinée à jouer encore le rôle de ceux qui, à l’inverse, convainquent tout en continuant de perdre (et se montrent particulièrement convaincants lorsqu’il s’agit d’expliquer rétrospectivement les raisons de leur échec) ? La tâche qui nous incombe est de découvrir comment aller un peu plus loin. Notre « thèse onze » devrait être la suivante : dans nos sociétés, les gauches critiques n’ont fait jusqu’à présent que souiller ceux qui sont au pouvoir; ce qui importe, c’est de les castrer … (Žižek, 2009, p. 16~17)

En d’autres termes, qu’est-ce que cela veut donc dire ? Très simple : la gauche actuelle perd littéralement son temps à 1) recruter des membres 2) justifier sa lamentable pusillanimité et sa futilité dans ses « luttes » 3) s’acheter une bonne conscience par des « actes politiques » minables 4) se masturber en déconstruisant la réalité pour la dénudée de sens universel 5) occulter son intégration dans le système capitaliste par le discours libéral des libertés individuelles. La gauche actuelle considère aveuglément la politique comme une carrière sur laquelle chaque action est une ligne de plus à mettre sur son curriculum vitae pour bien paraître à la vue des autres dans un quelconque mouvement, parti, groupe politique.

Au final, nous sommes pathétiques parce que nous n’avançons en aucun cas dans la transformation matérielle du monde.

Une Réponse to “Žižek et la gauche critique contemporaine”

  1. feministeenrage Says:

    Le capitalisme (la post-modernité) c’est comme se retrouver sur un engin qui va trop vite, tout nous semble pareils, trop occuper à regarder devant on se regarde pas soi-même, on a mal mais on se dit qu’on s’en préoccupera un coup arrêté et arrêter d’un coup sec l’engin, nous propulserait sur le sol et risque de nous emporter dans la mort. Alors, on continue à se demander comment allons nous arrêter cette engin sans trop de dégâts, mais il faudra bien un jour accepter de risquer quelque chose parce que le mur viendra inévitablement!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :