Le SPVM doit être en train de se masturber

Ils l’ont voulu, ils l’ont eu : Danny Villanueva sera expulsé vers le Honduras. Après s’être fait prendre par la police de Charlemagne en état d’ébriété et en possession de cannabis, il a été balancé dans les bureaux de la Commission de l’immigration et du statut de réfugié du Canada. Par contre, l’ordonnance a été mis en appel, ce qui laisse environ un an et quelques miettes près pour procéder au renvoi de Danny vers son pays d’origine bien qu’il n’y ai aucune affinité. Mais ça, l’État s’en câlisse et la population protofasciste aussi.

Il est intéressant de noter dans ce renvoi que ce fut justement le désir profond des prolétraitres du SPVM depuis l’assassinat perpétré contre Freddy Alberto Villanueva par la face à claque de Jean-Loup Lapointe. Toutes les raisons ont été bonnes pour justifier son expulsion : membre de gang de rue, voyou, immigrant sale, criminel, fou dangereux, voleur, jeune insolent, et ainsi de suite. Ces absurdités et exagérations concernant Danny, sans oublier sa famille et tout le cirque médiatique autour de cette affaire, n’avaient pour but que de l’empêcher de témoigner au Palais de Justice – cela aurait mis le trou du cul Jean-Loup Lapointe dans l’embarras. Bien que ce soit une ordure de première classe, l’agent Lapointe demeure néanmoins qu’un pion de tout un système répressif, aliénant et régulateur : le capitalisme.

Bref, le SPVM a très bien fait son travail. Il a assuré et réaffirmé son existence et son immunité en tant qu’organisation de répression mise en exécution par la classe répressive (la police) contre toute personne osant s’en prendre aux représentant-e-s de l’État. Si nous voulons que ça cesse, nous avons à faire notre travail : celui de liquider la milice au service du Capital. Pour ce faire, nous devons éliminer ce qui génère son existence, c’est-à-dire les rapports sociaux de propriétés capitalistes qui sont garantis par l’État et son armée. Seule la lutte des classes permet la réappropriation de nos conditions matérielles d’existence et d’en finir avec la répression.

D’ici là, je parie que le SPVM va continuer à se masturber sur sa petite victoire jouissive et éjaculer au prochain 15 mars comme il le fait déjà annuellement.

24 Réponses to “Le SPVM doit être en train de se masturber”

  1. Jean Bourque Says:

    La population de gens honnêtes se masturbe aussi. Ce n’est pas la faute des policiers si Dany est un criminel dangereux, qui récidive sans cesse, et continu de fréquenter les gangs de rue. Il n’a que lui a blâmer. Quand tu as une « menace d’expulsion » au dessus de ta tête et que tu continu a rire des gens et des lois tu ne peux pas blâmr les autres pour ton malheur. C’est un imbécile. Il a démontrer a plusieurs occasions qu’il voulait continuer dans le crime au lieu de travailler honnêtement, malheureusement pour lui il y a déja beaucoup trop de crottés dans son genre, pourquoi attendre qu’il tue un honnête citoyen, il a déja la mort de Fredy sur la conscience.

    • Vous tombez dans le fameux piège du cirque médiatique : blâmer Danny et le rendre bouc émissaire de tout ce qui arrive dans sa famille. Je vous invite à pousser votre réflexion plus loin que simplement répéter ce qu’on vous a dit de répéter sans réfléchir.

  2. Jean Bourque, s’il y a un imbécile dans toute cette histoire, c’est bien toi. Tu es le parfait représentant de ce qui fait défaut dans notre société.

    On te donnera le mérite de démontrer la déficience de notre système d’éducation et l’efficacité du système de propagande mise en place par l’entremise des médias de masse, mais voilà bien ton seul mérite.

    Je suis généralement plus diplomate, mais ton mépris mérite une réponse adéquate.

    Au plaisir de ne pas te rencontrer.

  3. Lire mis en place et non pas mise en place.

  4. conduite en état d’ébriété et de possession de cannabis et deux « vols califiés »…. comme la bourqua a dit en haut, il courait après le trouble.

    notez que je ne porte pas les même conclusions que lui quand meme! ya un pas pire commentaire en dessous, avec un forte majorité de « désacord » pourtant!

    « […]Je dis, tout simplement parce que je me rappelle de la Bible, du bon Jesus qui disait:
    « Lui qui est sans péché, il pourrait jeter la pierre : il en aurait le droit. »
    « 

  5. Jean Bourque Says:

    Vous essayer de faire croire a la population que Dany est un gentil petit ange… mais malheureusement pour vous, Dany lui même, continu de nous prouvez le contraire. Que celui qui en vend pas de drogue, n’attaque pas les gens honnêtes, ne se promène pas avec des armes, n’est en permanence avec des membres de gangs de rue tout en essayant de nous faire croire qu’il n’en est pas un… lui lance la première pierre.

    • Encore une fois, vous vous trompez sur notre objectif.

      Nous tentons de vous dire qu’il vaut mieux avoir un esprit critique sur cette affaire et en comprendre tout le processus qui en a découlé que de simplement remâcher ce qui a été craché dans les médias de masse et vos cercles sociaux protofascistes.

      Nous ne remettons pas l’agissement de Danny en doute, mais le problème ne réside pas là (ni en lui).

  6. @ Jean
    La criminalité est un produit du vieux-monde, c’est ce dernier qui la défini. Dany n’est pas un ange, comme nous tous, seulement la pluspart des gens leurs « crimes » sont légaux: toi Jean probablement que tu recréer des paternes de patriarcat aussi pire que les gangs de rues. N’importe quel travail pourrait être criminalisé, c’est quoi la différence entre un pusher et un medecin qui reçoit des bonus de pharmaceutiques? C’est quoi la différence entre un Syndics et celui qui vol les maisons? La légalité, et comme cette légalité est défini par le vieux monde sont État et son capital je trouve qu’elle ne dois aucunement influé sur mes jugements. En fin de compte, je comprend Dany et tout les criminelLEs, notre condition prolétarisé nous oblige a se vendre (travailler) pour faire du cash, la criminalité est une tentative immédiate d’outre passé cette condition ( tentative qui comporte en elle même nombre de contradictions et de limites)…

    @ L’Agitatieur

    Je ne pense pas que Jean soit un protofacsiste, c’est juste un citoyen qui a bien intériorisé les logiques capitalistes et citoyennistes du vieux monde… il n’y a rien qui me porte a croire qu’il porte en lui une idéologie aussi défini, autre que celle qui est omniprésente.

    Non aux explusions, feu aux prisons

  7. Jean Bourque Says:

    Donc si je comprend bien la logique… Comme Jean Charest est un voleur on doit accepter de garder Dany Villanueva et le laisser attaquer les gens sans rien faire vu qu’il n’est pas pire que les autres. J’espère juste que vous avez pas trop de Dany Villanueva comme voisin.

    Aussi bien faire sortir Mom Boucher un coup parti, il a juste tuer quelques personnes, rien de bien grave.

  8. Affaire Villanueva : Pour les droits …, contre les privilèges !

    – Observateur attentif de l’Affaire Villanueva, la décision (suspendue) de déportation prise par la Commission de l’immigration et du statut de réfugié à l’endroit de Dany Villanueva, m’amène à poursuivre des réflexions sur un mode interrogatif … –

    Il faut reconnaître un certain succès à la mobilisation des « militants » antipoliciers, qui tentent de faire de l’« Affaire Villanueva » une « cause exemplaire » : ils ont réussi, dans une certaine mesure, à médiatiser efficacement leurs actions et à transformer symboliquement Dany Villanueva en « victime », occultant ainsi les réelles victimes de ses exactions.

    Ce faisant, ils n’ont peut-être pas rendu le meilleur service à ce jeune homme. En effet, Dany Villanueva est aussi « victime » de cet activisme « militant » acharné mais dénué de perspectives sociales progressistes, qui lui aura procuré un sentiment de toute puissance, et peut-être aussi l’illusion d’une certaine impunité, si l’on considère la persistance de ses déviances comportementales. En effet, alors que le jugement n’est pas encore rendu dans les accusations criminelles qui résultent de son arrestation en juin 2008 (*), il a encore été arrêté et mis en accusation récemment (14 avril 2010) en compagnie de deux individus, qui comme lui sont soumis à une ordonnance judiciaire leur interdisant de fréquenter des individus criminalisés.

    Cette série documentée d’écarts de conduite, pour lesquels Dany Villanueva a été arrêté par les autorités policières, ne peut que jeter des doutes sur ses déclarations effectuées à l’Enquête publique sur la mort de son frère Fredy, à l’effet qu’il aurait quitté le milieu criminel des Bloodz en 2006.

    La nature de ses relations sociales suscite aussi de sérieuses interrogations : son arrestation en juin 2008, dans une entreprise criminelle s’est effectuée en compagnie de quatre autres individus, dont Bayron Alexis Clavasquin-Padilla (*). C’est cette même personne que l’on retrouve avec Dany Villanueva sur la vidéo musicale de promotion des Bloodz (Mobsterz) lancée en février 2009 sur la chaîne Youtube. Dans cette vidéo se produisait également Daniel-Alexander Artiga-Padilla … arrêté en compagnie de Dany Villanueva le 14 avril dernier !

    Par ailleurs, le fait que Dany Villanueva persiste à afficher un style vestimentaire associé aux sous-cultures de la rue n’est pas problématique en soi, mais ceci est peut-être interprété par certains comme un message de fidélité à leur groupe, surtout lorsque ces symboles affichés sur ses vêtements font référence à Los Angeles … la ville mythique des gangs, dont les Bloodz sont issus. Alors que d’autres individus, dans des situations analogues, suivent les conseils de leur avocat pour se vêtir d’une manière neutre, Dany Villanueva a continué à s’afficher avec ces éléments symboliques vestimentaires, dans le contexte de l’Enquête publique sur la mort de son frère, ainsi que lors de sa comparution devant la Commission de l’immigration et du statut de réfugié (21 avril 2010). Quels objectifs poursuit-il par cet affichage d’éléments symboliques clairement connotés ?

    Dans leur aveuglement et leur acharnement à nier la réalité, il ne semble pas que les individus et groupes qui prétendent appuyer Dany Villanueva se soucient le moindrement de l’inciter à entreprendre une réhabilitation sociale, et encore moins de l’interpeller sur sa responsabilité relative à ses actes délictueux et aux victimes de ces actes.

    Ainsi, Dany Villanueva, « victime » proclamée du « système », est l’objet d’une campagne de mobilisation de la part de groupes qui se proposent de faire échec à la mesure de déportation dont il est l’objet. Il est très étonnant que les autres individus qui sont dans la même situation ne bénéficient pas de la même sollicitude de la part de cette mouvance antipolicière. Pourquoi Dany Villanueva devrait-il bénéficier d’un privilège, qui n’est pas accordé à d’autres qui ne sont pas auréolés de ce pseudo-prestige de « victime » ? Il est navrant de constater que quelques organismes communautaires ou syndicaux, entre autres la Ligue des Droits et Libertés, aient mis en péril leur crédibilité en s’associant à cette douteuse campagne du mouvement antipolicier.

    De plus, selon l’avocat de Dany Villanueva « un autre témoin, dans l’enquête du coroner sur la mort de Fredy Villanueva, a maille à partir avec Immigration Canada » (Radio-Canada.ca, 27-1-2010). Il y aurait donc, parmi les témoins du drame du 9 août 2008, un individu qui serait susceptible de se voir accorder un privilège, et un autre qui ne mériterait pas le même soutien de la part des « militants » antipoliciers… !

    Il me semble important que les droits des individus soient respectés, en particulier dans les interventions étatiques (policières, judicaires, etc.) qui résultent de méfaits, dans les processus d’inculpation et de sanctions qui en découlent. Par contre, il est absolument intolérable que certains puissent bénéficier de privilèges, sous prétexte que des opérations démagogiques médiatiquement réussies leur ont arbitrairement procuré un statut de « victime ».

    Pourquoi Dany Villanueva, contrairement à d’autres individus dans la même situation, devrait-il obtenir des privilèges ?

    ***
    (*) : (« Deux mois avant la mort de son frère, Dany, 22 ans, a été arrêté avec quatre autres jeunes hommes, puis accusé de vol qualifié commis avec une arme à feu au centre-ville de Montréal. », La Presse, 8-6-2009 : http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/justice-et-faits-divers/200906/08/01-873657-dany-villanueva-renonce-a-son-enquete-preliminaire.php)
    ***

    Yves Claudé – sociologue
    ycsocio[@]yahoo.ca
    Montréal, le 22 avril 2010

    [Refrain : Le pseudo « anarchisme » contemporain : produit d’une pédagogie petite-bourgeoise et de la disparition des pères … ou simple métastase du Vieux Monde ? – Mikhaïl, Louise, Piotr … au secours … ils sont devenus postmodernes !]

  9. Ayoye, le fun est pogné ici^^

    Premièrement moi je suis 100% d’accord avec Papule sur un aspect:

    Je ne pense pas que Jean soit un protofacsiste, c’est juste un citoyen qui a bien intériorisé les logiques capitalistes et citoyennistes du vieux monde… il n’y a rien qui me porte a croire qu’il porte en lui une idéologie aussi défini, autre que celle qui est omniprésente.

    Là ou je ne suis pas d’accord c’est sur la définition de crime. Je crois que certains crimes ne sont pas seulement définit par la pensée dominante mais aussi par essai et erreur de la société. (pédophilie, viols, meurtre…) Moi l’alcool au volant je trouve ça crissement irresponsable. Une auto c’est un engin puissant et le conduire en faculté affaiblie ça me donne envie de hurler.

    Mais bon j’ai une copine à 18 ans qui est morte tuée par un tata qui avait bu et qui avait prit son auto quand même… Alors j ai ben de la misère à ne pas prendre ça personnel…

    Et Claudé…

    Le meurtre de Villanueva n’a aucun rapport avec ce que son frère pouvait faire comme action. Fredy a été tué parce qu’il y a clairement bavure, pas parce que son frère a commis certains actes.

    Ceci dit, là ou je juge Dany c’est que quand tu sais que la police te traque, de fait de l intimidation, essaye de te decréditer par tout les moyens, ment sur ton frère et est prête à mentir maladroitement pour cacher leur meurtre, ben tu va pas leur donner une conduite en état d ivresse sur un plateau d argent. C est comme un cadeau qu ils ne meritaient pas.

    Je ne me prononce pas sur expulsion ou non expulsion… Je ne m y connais pas assez… J attend l appel…

    • Ne soyez pas trop naïve. Jean et Yves sont deux personnes avec un certain bagage de connaissances sur l’affaire Villanueva qui étalent leurs « analyses » un peu partout sur le web, principalement chez les « militants de gauche ».

      Ce n’est pas la première fois qu’ils font de telles interventions à ce sujet, et ils ne sont pas prêts d’arrêter de si tôt. Leur avis et leur idée sur la question de la répression policière et du capitalisme sont déjà dessinés. Penser qu’ils sont « victimes » de la logique dominante (c’est-à-dire le capitalisme) feraient d’eux de « simples citoyens ».

      Or, ce n’est pas le cas. Ce sont des protofascistes dans le sens où leurs idées et leurs propos, bien que non-fascistes, ont des germes préfascistes : c’est-à-dire éclatés et incohérents. À lire leur position concernant le crime, ça en dit long. Très long.

      Concernant le crime, je te recommande de lire ce petit billet fait par un camarade de Québec : https://agitateur.wordpress.com/2009/06/12/coeur-de-bandit/

  10. Claudé fait du copier coller. Il m’a envoyé le même message sur mon blog.

    Mais bon, je sais pas qui il va convaincre celui là, ce n’est qu’un bouffon avec un diplôme en sociologie.

    Je serais curieux de savoir sur quoi il a travaillé d’ailleurs.

  11. Yves Claudé Says:

    À Monsieur Bakouchaïev,

    Je suis effectivement un « bouffon », selon la définition du DSM-IV (Diagnostic and Statistical Manual), mais vous m’accusez à tort lorsque vous prétendez que j’ai « un diplôme en sociologie ». Le seul sujet de recherche sur lequel j’ai « travaillé », est la propension des pseudo-révolutionnaires à se cacher derrière des pseudonymes dans une totale ignorance de la pathétique ironie de cette mascarade identitaire. Il s’agissait d’un travail de session à l’école maternelle, et je n’ai pas eu ma note car j’avais mis le feu à l’école.

    Sans rancune

    Yves Claudé – sociologue
    ycsocio[@]yahoo.ca
    Montréal, le 22 avril 2010

    [Refrain : La stigmatisation des opposants, dans des représentations animalisantes ou des allégations portant sur leur santé mentale ou leurs capacités intellectuelles, voilà bien le point commun entre le néomaccarthysme et la mystique petite-bourgeoise révolutionnariste]

  12. @ Claudé http://img403.imageshack.us/img403/7546/86821141.jpg

    @ L’Agitateur Le texte coeur du pirate à vraiment de la gueule.

    @ Pwel: Malheureusement tenter de trancher ainsi de grande lignes entre le bien et le mal c’est très risqué et généralement ethnocentrisme. J’ai effectivement plusieurs réticence avec certain « crime », tu remarquera sur le blogue d’eskarbille que l’on ne se solidarise pas avec tout les types de « crimes ». Cependant, je ne pense pas qu’il est pertinant de définir une case crime et une case légale, mais plutôt de parler de violence. Le viol, la conduite en état d’hébriété sont violent, comme le sont aussi les incendies de voitures, les émeutes et les meutres. C’est que en abolissant les droits et les lois on ne garentis jamais qu’un acte violent sera légétimer, certains le seront peut être systématiquement réprimer (le viol par exemple), mais en refusant de faire une case crime on refuse aussi de faire une case légale ce qui laisse toujours la possibilité à une société d’illégitimiser un acte, ou d’en légétimer exeptionnellement un. Du moins c’est une hypothèse, il se peut très bien que ce soit une mauvaise idée de ne pas faire de case crime pour les actes qu’on ne voudra jamais légétimer comme le viol. Bref, je pense qu’il y a encore du travail à faire sur la notion de crime d’un point de vue révolutionnaire.

  13. J avais lu ce billet à l epoque et je vais écrire la même chose que j avais pensé à ce moment là: C est une justification pour de la violence révolutionnaire.

    Mais ça c est un autre sujet… Et je trouve que c est de la paresse intellectuelle que d en faire un amalgame théorique.

    Et essayer de me faire dire ce que je n ai pas dit i.e. « je connais la différence entre le bien et le mal » ça aussi c’est tordu… J amais je n ai même pensé ça.

    Je ne parle pas de crime comme dans « crimes décidés par le droit qui lui n est pas décidé par la masse », mais je parle de crime comme d’une expérience sociale commune à tous individuellement et collectivement. Je parle de crimes comme dans « ce qui a été commis n est pas constructif; ça ne me fait pas grandir en tant qu etre humain, ça ne fait de bien ni à un autre individu, ni à une ou plusieurs communauté ». (Et je ne parle pas de propriété privé mais d etres humain au cas ou mes paroles seraient encore mal interprétés)

    Je parle non pas de définitions étanches mais d une reflexion perpetuelle (c est forcant ça ne pas suivre des lignes toutes tracées, mais toujours se poser des questions!)
    Je parle du genre de reflexions qui font qu on aurait idéalement pas besoin de religions, d État, de partis politiques (ou d un parti unique), du concept de nation et surtout pas de lois.

    Beaucoup de gens ne sont pas des violeurs parce que c est devenu socialement innaceptable depuis quelques temps, et parce que c est puni par la loi. Certaines personnes ne sont pas des violeurs parce que l idée d obliger une autre personne a accomplir un acte contre son gré par la violence physique fait qu ils ne pourraient pas se regarder dans le mirroir par la suite.

    On me suit?

    Si on est tous d accord que les moyens de productions sont devenus exagérément monstrueux, que la possession de ces moyens de productions par certaines classes situés dans certaines parties spécifiques du monde amènent des déballancements globaux. Bref, si on est d accord qu une partie de la solution se trouve dans le rapetissement des échelles, et dans le refus des populations comme la notre des avantages que la domination nous donne, ben il faut aussi qu une partie de la solution se retrouve dans le rapetissement de l echelle de ce qui est un crime ou non.

    Il faut que ca devienne une reflexion perpetuelle en relation avec les etres vivants qu il touche, leur environnement, leurs désirs et leurs buts.

    Conduire ton 4 roue tout seul en état d ébriété a 4h du matin dans ton champ de blé d inde n implique que toi, ta vie. Conduire en état d’ébriété a n importe quelle heure sur une route veut dire que tu as décidé de par ta seule volonté d impliquer d autres gens dans TA décision. Eux, n ont rien eu a choisir.

    J appelle la deuxieme situation un crime. Je n ai pas de nom pour la premiere parce que je m en fout. Ça ne concerne que le dude en question.

    Mais bon je viens de changer le sujet du post… je m en excuse gang.

  14. Yves Claudé Says:

    À Pwel,

    Vos commentaires me paraissent très raisonnables et pertinents … au moment où plusieurs semblent oublier que la pensée libertaire (et non pas les dogmes « libertaires » … qui se répandent fâcheusement chez les détendeurs de capital scolaire provisoirement inactif …) s’enracine dans un humanisme qui s’est élaboré dans les luttes ouvrières et populaires. L’autodéfense ouvrière et populaire, y compris libertaire, implique un certain contrôle social ! D’ailleurs, certains grands « anarchistes » qui menacent de me traîner devant les tribunaux quand mes propos les dérangent … ne se privent pas de faire appel contre moi aux forces répressives de l’État … bien qu’ils doivent savoir quel usage je fais des mises en demeures qui sont destinées vainement à me contraindre au silence.

    La fascination romantique et petite-bourgeoise pour la criminalité est étrangère à l’éthique populaire et ouvrière, là où la criminalité est considérée d’abord en fonction de la victimisation qu’elle provoque chez les dominés. Si, de par une attitude de très grande ouverture au débat (« voir le « Ta yeule Claudé ! » http://img403.imageshack.us/img403/7546/86821141.jpg – que Papule a l’amabilité de me réexpédier…) ma sociologie ne vous sied pas … lisez au moins Richard Poulain pour comprendre l’intégration du capitalisme d’en bas dans la dynanique globale mondialisée de la dévastation de l’humanité par le néolibéralisme, là où le capitalisme barbare des Bloodz and Co rejoint le capitalisme sauvage de la finance mondialiste apatride et impériasliste ! Il est étonnant de constater que des « militants » supposément opposés au sexisme et à l’homophobie sont étrangement silencieux lorsque ce sont leur « amis » criminels qui se livrent à des crimes sexistes et homophobes : on ne peut qualifier autrement que de crimes, les pratiques sociales des Bloodz and Co dans le contexte d’une prostitution esclavagiste et d’agressions homophobes souvent meutrières, sans compter la victimisation relative à l’extorsion et au commerce des stupéfiants.

    La gauche d’Amérique centrale considère les sous-cultures criminelles qui dévastent les quartiers populaires comme une machine génocidaire qui dresse les dominés contre les dominés : là les 13 contre les 18, et ailleurs, les Bloodz contre les Cripz…

    J’ajouterais, pour finir, que, pour des motifs humanitaires, je serais prêt à m’opposer à la déportation de tous les « Dany Villanueva », et non d’un seul, du seul fait qu’il soit devenu une figure médiatisée … En effet, des pays comme le Savador, le Honduras, Haïti, etc., sont rongés par le déferlement conjoint du capitalisme sauvage et du capitalisme barbare : il n’est pas nécessaire d’en rajouter. La population haïtienne, fort éprouvée, nous supplie de garder chez nous les « Ti-Pon » et autres « sympathiques » personnages …

    Yves Claudé – sociologue
    ycsocio[@]yahoo.ca
    Montréal, le 25 avril 2010

    • Voilà qui est plus pertinent et construit. Je vous invite à continuer d’écrire de la sorte, et non pas des sophismes à n’en plus finir.

    • @ Claudé
      Les copier collé de textes peu pertinant d’un blog à l’autre sa mérite bien que je te renvoie cette magnifique photo, mais bon on est pas la pour critiquer ta manière de véhiculer tes idées.

      Je m’oppose à tout les comportement raciste/sexiste/homophobe et cie des gangs de rue, cependant on ne peut pas nier que les crimes ne proviennent pas que de eux, et que lorsqu’ils flinguent un flic ce n’est pas un acte sexiste ou watterver, mais bien un acte qui remet sous le nez que la police nous aussi on peut leur résister. Sur certains fronts de la guerre sociale nous avons des affinités avec bien des gens qui sont nos ennemies sur d’autres fronts. Plus précisément: On peut lancer des roches sur des cops avec des homophobes de première et quand même les critiquer ou les tabasser par rapport à leur homophobie.

      Et puis crime et gang = 2 choses. Les crimes ne sont pas nécéssairement perpétré par des cripz/bloodz/motard, Au nombre de crime par jours (et au nombre de logique de domination qu’on a incorporé)… si on suis ta logique ça va être les 1000 anars du Québec vs le reste.

  15. Le terme agitateur vous va très bien. Vous faites pensé à un agitateur de cocktail. Ça prends un petit verre et ça brasse à l’intérieur d’un cercle restreint d’idées.

    à vous lire, la gauche est la sainte flanelle et la droite, le monstre a abattre. La vérité est se retrouve au centre.

    Lorsqu’une personne se sens inadéquate à vivre dans son environnement et qu’elle est incapable de gérer ou réfractaire au changement. Elle va mettre tous ses énergies à dénoncer, à hurler aux loups et critiquer tout ce qui arrive. Au lieu de travailler à améliorer le sort collectif. Bref, l’agitateur est un collectif restreint qui s’émeut lui-même en se lisant. Il est intéressant de noter que vous êtes prompt à dire à autrui : qu’il ne comprends rien ou qu’on n’est pas capable de vous comprendre. On voit bien votre côté destructif qui n’apporte absolument rien de constructif. Il est dommage de constater que de tels courants de pensées existent. Au lieu de débattre, vous voulez abattre tout ceux qui pensent différemment.

    On ne le déporte pas pour une seule raison et c’est relié à un passé plus loin. N’a-t-il pas raté une belle occasion de témoigner en se disant malade? Probablement un complot de la ville de Montréal qui a contaminé l’eau des quartiers pauvres pour justement protéger son image.

    Pouvez-vous arrêter de parler de complot et des plans de conspiration pour contrôler le peuple. les gens ayant un sens critique aussi peu développer que le vôtre pourrait y croire et se mettre en tête que tout va mal à cause des autres et que nous sommes tous manipuler. Vous dénoncer la manipulation, mais n’est-ce pas ce que tous vos textes tentent de faire. Vos textes reposent sur peu de fait et toujours des insinuations.

    « Bref, le SPVM a très bien fait son travail. Il a assuré et réaffirmé son existence et son immunité en tant qu’organisation de répression mise en exécution par la classe répressive (la police)  »

    Une organisation de répression mise en exécution par la classe répressive? Désolé, mais en lisant ceci, je comprends que la police (organisation de répression) est mise en exécution par la police (classe répressive). Une organisation qui se met elle-même en oeuvre? La police vient de la police, mais qui a créé la police, la police voyons dont.

    Et la dernière partie semble obscure, le problème vient de « propriétés capitalistes » mais vous voulez « la réappropriation de nos conditions matérielles d’existence », n’est-ce pas la même chose? on prend la propriété capitalistes pour réapproprier du matériel, déshabiller Saint-Pierre pour habiller Saint-Paul. Le système capitaliste doit être revu et corrigé, mais il n’est pas si mauvais en soi. Il encourage l’innovation et la prise de risque pour améliorer son sort. C’est évident que ceux qui réussissent provoquent de la jalousie et du mépris des gens qui ne réussiront jamais (agitateur par exemple). Vous vous permettez de dire à certains qui ne comprennent rien et moi, de vous retourner le commentaire. Je sais que cela va faire mal, mais n’allez pas immédiatement courir sous les jupons de vos mères, mais votre incapacité à traiter la critique, va vous faire répondre ceci » Troll » « commentaire vide de sens », « manipulé par les média », « ne comprends rien ». La prévisibilité de vos commentaires démontre le peu de réflexion et de recul que vous démontrez. Mais ne faut-il pas avoir 13 ans pour créer un blog? parce que parfois, je pense que c’est une fille de 12 ans qui écrit de sa chambre, sa grande frustration. Elle prend un dictionnaire et tente de faire de longues avec de grands nom pour justifier son texte.

    J’aime bien ce blog, il est drôle surtout au niveau du vocabulaire, mais il m’effraie un peu.

    ps. Je sais que vous allez dire que je vous dénigre en vous reprochant votre dénigrement. Mais n’est-il pas amusant d’avoir autant de non sens que vous. Moi, ça me fait sourire de vous répondre en adoptant un discours comme le vôtre. Ça démontre juste à quel point que pour écrire vos textes. Vous dites ce qui vous passe en tête à la ligne près, sans avoir de plan ou de réflexion poussée.

    Au fait, n’êtes-vous pas vous même un blog troll?

    • Faites-vous exprès de n’avoir lu qu’un seul et unique billet sur tout ce blogue pour aboutir à de telles absurdités limitées ? Je suis d’accord pour dire que la « réflexion » dans ce billet était à peine existante – et c’est vrai, je ne m’en cache pas, c’était voulu. La raison ? Le sujet a été largement abordé dans les billets précédents. Si vous êtes trop feignant pour lire les billets antérieurs publiés sur ce blogue, je vous invite à tout simplement ne plus le visiter.

      Les rapports sociaux de propriétés capitalistes sont l’ensemble des interactions sociales des propriétés selon les impératifs du marché capitaliste – et particulièrement. Ils diffèrent des rapports sociaux de propriétés non-capitalistes comme la féodalité, l’esclavagisme, le communisme, le socialisme et bien plus. Les conditions matérielles d’existences forment ce qui découle de ces rapports sociaux. Le monde « humain » et la nature transformée dans lequel on vit n’est pas « immuable » ou « venu du ciel ». Il a été généré, forgé, modifié et transformé par les rapports sociaux. Mais pas n’importe lesquels !

      Aussi, lorsque vous parlez de « gauche » et de « droite », le collectif L’Agitateur s’en détache radicalement. Parler de gauche et de droite, c’est discuter à savoir comment gérer le capitalisme ; or, nous refusons le capitalisme et proposons le communisme comme alternative. La gauche cherche plus d’égalité au sein du capitalisme alors que la droite cherche plus de liberté au sein du capitalisme. Ni l’un comme l’autre ne cherche à le détruire. Certaines personnes maladroites voudront mettre le communisme comme « extrême gauche » parce que, justement, ce n’est tout simplement pas classable dans une telle dichotomie digne de la Révolution Française de 1789 avec le capitalisme émergeant.

      Mais vu que vous défendez le capitalisme, je ne comprends même pas ce que vous foutez ici. Je vous invite à fermer la fenêtre et partir. Ce n’est pas un blogue pour « convaincre » les capitalistes, mais bien pour donner des pistes de réflexions et des idées en vue d’une lutte révolutionnaire contre le capitalisme.

      P.S.: Vous semblez me mettre des mots à la bouche. Êtes-vous un troll ? Bien sûr, vous n’allez pas l’admettre et je comprends.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :