Le Capital en bref

Comprendre la critique du capital par Karl Marx, c’est très simple. Marx nous apprend que le capital se reproduit grâce à

1- La désappropriation des moyens de subsistance

2- L’exploitation du travail salarié

3- La transformation du monde en marchandises

4- La contrainte à la valorisation constante du capital

Bref, vulgairement, ça veut dire que le capitalisme, comme relation sociale, c’est que l’on te prend ta terre, que tu n’as pas un mot à dire, que tu es ensuite contraint(e) à devenir salarié(e) pour survivre en achetant les marchandises qui te gardent en vie et que les entreprises n’ont pas d’autre choix que de se faire compétition entre elles afin de toujours ajouter à leur valeur.

Et tout cela, c’est inacceptable !

Publicités

17 Réponses to “Le Capital en bref”

  1. Episteme Says:

    J’espère au moins que vous ne prennez pas le point 1 comme un fait historiquement vérifiable. Parce que c’est loin d’être évident. Les paysans libres de disposer de leurs terres ont été l’exception plutôt que la règle dans la plupart des pays européens. Schématiquement, on parle plutôt de paysans criblés de redevances auxquels les seigneurs permettaient d’exploiter leur terre.

  2. En effet, c’est un fait historiquement vérifiable. Ici, je ne parle pas seulement des pays européens, mais de l’ensemble de la planète. Marx lui-même ne s’arrête pas à l’Europe, bien qu’elle soit sa principale source de références. Le capitalisme est une machine à déraciner les paysan(ne)s. Que se soit par dettes, par la force ou par la contrainte du marché, le capitalisme désapproprie les paysan(ne)s des moyens de subvenir à leurs besoins. Tous les moyens de désappropriation s’ancrent dans des rapports de pouvoir liés au capitalisme.

    Si tu doutes de ce fait historique, nombre d’études démontrent comment les paysan(ne)s en viennent à perdre par le capitalisme les terres qu’ils et elles exploitent. Si tu désires critiquer ces études, un bloc de commentaire n’est probablement pas l’endroit.

  3. Ce qui est concrètement inacceptable, c’est tout ce qui en découle par après en conséquence à ces trois résultats du capitalisme, comme le gaspillage de masse, l’aliénation, la productivité et le profit perpétuellement en croissance, et encore.

    Episteme, lâchez votre eurocentrisme : la planète ne se limite pas à l’Europe.

  4. Episteme Says:

    Il ne s’agit pas d’eurocentrisme; votre petit  »récit » théorique de désappropriation des moyens de subsistance n’est-il pas supposé plus ou moins applicable à tous les cas historiques où le capitalisme a émergé? Il s’agit alors de proposer un contre-exemple audit récit, et rien de plus.

    Encore une fois, pour les pays européens, vous devez vous représenter les paysans dans leur rapport avec les seigneurs/propriétaires terriens, ce qui implique par ex. des phénomènes de redevance ou de rente. C’est à cela que capitalisme comme  »relation sociale » est venu se substituer(graduellement). Vous parlez de  »désappropriation », mais où est le paysan qui peut disposer librement de ses propres moyens de subsistance là-dedans?

    • Karl Marx, Le Capital, livre I, section VIII – L’accumulation primitive, chapitre XXVII – L’expropriation de la population campagnarde.

      Quand on ne sait pas de quoi on parle, on ferme sa gueule, imbécile petit morveux incapable de comprendre ce que veux dire « Karl Marx en bref ».

      Pour les gens plus agréables, pardonnez-moi toutes ces digressions.

      Camarade Agitateur, je me dois par contre de dire que l’eurocentrisme n’a rien à voir à ce propos et que la référence à l’Europe non britannique était valide. J’ai aussi cru pertinent de globaliser le propos.

      Je répondrai tout de même à la question du désagréable Episteme, bien que j’ai déjà offert une piste dans mon commentaire précédent, en dirigeant nos lecteurs vers l’excellent « L’Origine du capitalisme » de Ellen Meiksins Wood qui traite de la dynamique des rapports de propriété.

      Je terminerai en disant que, contrairement à ce que semble croire Episteme, le capitalisme n’émerge qu’une seule fois et se propage par la suite sous la contrainte.

      • Episteme Says:

        Dans le chapitre du capital auquel vous me référez, on traite du mouvement des  »enclosure », qui est un cas spécial dans l’histoire de l’europe, et que vous aurez bien du mal à généraliser à l’europe non-britannique. Cela étant, les enclosures se sont développés à partir des droits de propriété détenus par les propriétaires fonciers(landowner) sur les terres que cultivaient les paysans. Les paysans avaient traditionellement certains droits sur ces terres(droits d’usage), mais ces droits ne concernaient que leur possession(c’est bien pour cela que Karl Marx parle, au sujet des paysans, de titres féodaux dont on affublait leur  »droit de possession »)

        Mais enfin, si  »karl Marx en bref » signifie  »les faits historiques interprétés n’importe comment », il est normal que je n’aie pas compris. À moins d’avoir supposé à tort de la bonne foi chez vous.

  5. Mauvaise foi à propos de Marx ? Jamais de la vie. Les faits historiques ne sont pas interprétés n’importe comment car je suis allé à l’essentiel de CE QUE MARX A ÉCRIT. Si tu doutes encore, après avoir lu la section VIII, que Marx pense qu’il faut enlever, par un moyen ou un autre, les moyens de subsistance des individus afin de permettre le capitalisme, ce n’est plus mon problème.

    J’ai déjà commencé à répondre à ta critique de Marx. De nombreuses études d’auteur(e)s s’étant inspiré(e)s de Marx développent sa pensée en discutant de l’apparition du capitalisme ainsi que sa propagation. Encore une fois, si tu ne te penches pas sur ces études, je ne le ferai pas à ta place.

    Par contre, je vois bien que tu figes à propos de la propagation initiale du capitalisme dans le reste de l’Europe. Afin de t’exposer une entrée en matière du sujet, je te citerai un auteur moderne afin de te présenter certains des derniers développements en la matière. Je suis convaincu que cet exemple sera suffisant afin de te guider dans ta compréhension de l’expansion du capitalisme dans le reste de l’Europe caractérisé par la perte des paysans de la capacité à subvenir à leurs besoins. Afin de rendre l’exemple plus clair, j’y ajouterais une thèse que développe Ellen M. Wood dans son livre que j’ai mentionné précédemment: le capitalisme se caractérise essentiellement par l’impératif de transiger par le marché et non pas par l’opportunité d’y transiger. Cela veut dire que les pays d’Europe continentale ont intégré la relation sociale capitaliste que très tard dans le XIXe siècle. Je serais même prêt à potentiellement défendre une thèse selon laquelle le capitalisme ne serait devenu dominant qu’après la Première Guerre mondiale.

    Maintenant, la citation:
    « The emergence of English capitalism only slowly imposed its geopolitical pressures on continental absolutist states. It coexisted with pre-capitalist states unevenly forcing them to stretch or adapt their capacities of geopolitical accumulation to sustain the competitive pressures of England. »
    – Frédérick Guillaume Dufour, Social-property Regimes and the Uneven and Combined Development of Nationalist Practices

    En d’autres termes, je ne considère pas le capitalisme comme Marx le fait. Celui-ci le considère comme un « mode de production » alors que je le considère comme une relation sociale, un régime juridique, bref un « régime de propriété des moyens de subsistance ». Cette distinction, qui quitte le terrain du structuralisme althussérien, permet une ouverture vers la compréhension de différentes formations sociales, de véritablement comprendre les causes fondamentales ainsi que les nuances des conflits de classes qui caractérisent les pays de la planète.

    J’espère avoir éveillé ta curiosité. Dans le cas contraire, j’en serais fortement déçu.

  6. Episteme Says:

    Merci pour la réponse plus appliquée, sans invectives cette fois. Ça va mieux aller comme ça. J’aime bien aussi qu’on me vouvoie, lorsqu’on ne s’est jamais vu et qu’on ne se connait pas personellement. Mais faites comme ça vous chante; évidemment, ce blog est une propriété privée(hihi).

    Alors je vais me contenter de quelques remarques et ça devrait clore la discussion.

    Je n’ai pas nié que ce soit ce que Karl Marx ait pensé: relisez moi, mes questions portent sur la pertinence de cette interprétation des faits historiques.

    En gros, mes raisons pour douter de cette interprétation sont les suivantes: D’abord, vous ne pouvez pas montrer qu’avec le développement du capitalisme les paysans sont nécessairement poussés vers la classe prolétarienne par la contrainte car cela serait historiquement faux(bien que ce puisse être vrai localement). Vous pouvez cependant élargir le sens du mot  »contrainte » pour y impliquer des motivations économiques(ce que vous faites plus haut en y incluant  »dette » et  »marché »), mais vous devez ensuite démontrer une thèse assez forte: que ces  »contraintes » sont liées à des rapports de force(entre classes sociales) éventuellement associés au développement du capitalisme. Sinon c’est une tautologie: les paysans ont été évidemment incités à quitter leurs terres soit pour des motifs économiques(associés au développement du capitalisme), soit par contrainte politique ou juridique(ce qui ne démontre absolument rien).

    Cela dit c’est bien que vous ayez finalement cité des auteurs pour étayer votre pensée. Remarquez que, plus haut, vous affirmez qu’il y a des études qui développent cette interprétation des faits historiques sans les nommer.

    Sinon, je ne présupposais pas, en employant le terme  »émergence » qu’il s’agissait d’un changement social endogène. Apparition, développement sont des termes analogues que j’aurais pu employer. Tout ce que cela suppose, c’est qu’il y a plus de capitalisme(tendanciellement ou de manière brusque, ça on s’en fiche aussi).

  7. Tes références à toi sont où ?

  8. Episteme Says:

    Mes références? N’importe quel bouquin d’histoire des institutions sociales et économiques fera l’affaire. Les seules affirmations positives que j’ai faites ici sont trop conservatrices historiquement pour qu’un auteur les conteste(doutez vous vraiment des rapports de propriété entre propriétaires fonciers et paysans que j’ai mentionnés plus haut?). Quant aux affirmations négatives(les doutes que j’ai exprimées), ma référence est la logique.

    Je tiens aussi à certifier à nsrgnt qu’il a bel et bien réussi à susciter mon intérêt pour les auteurs qu’il a cités. Mais c’est un peu normal, je trouve la théorie marxiste si séduisante que, si ce n’était de ma quête de vérité, je passerais mon temps à en étudier toutes les ramifications, comme on étudie un Kandinsky ou alors une pièce de J.S.Bach.

  9. Comment te permets-tu de ne donner aucune référence mais de critiquer camarade nsrgnt de n’en donner aucune ?

    La « mauvaise foi » ici, c’est toi.

  10. Episteme Says:

    La mauvaise fois c’est de chercher à me discréditer en me reprochant de ne fournir aucune référence particulière pour des faits historiques qui ne sont ni contestés, ni contestables(globalement). Alors que l’interprétation marxiste de l’émergence historique du capitalisme est encore sujette à controverse parmis les historiens(c’est peu dire).

    Comme je l’ai dit, n’importe quel bouquin d’histoire des institutions sociales et économiques fera, mais si vous y tenez:

    Les paysans au moyen-âge: « Les terres appartiennent en majorité aux seigneurs. Les paysans tiennent donc des tenures, terres que le seigneur leur a concédées en échange de redevances et de corvées. »

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Paysans

    Gardez en tête que ce qui est écrit sur wikipedia est le fruit d’un compromis entre les divers contributeurs au système(étant donné le fonctionnement de wikipedia), ce qui débouche sur une interprétation assez restrictive des faits historiques(sinon, on présente les différentes conceptions historiographiques qui mènent à des interprétations différentes). Mais vous n’avez qu’à jeter un coup d’oeil à la bibliographie de l’article, si wikipedia ne vous suffit pas.

    Du reste, j’ai félicité nsrgnt pour m’avoir fourni ses références. Je vais seulement supposer que votre instinct de rhéteur vous a induit à confondre ça avec des reproches.

  11. Wikipedia n’est pas vraiment une référence. Bel essais quand même.

  12. Camarade, je me dois d’appuyer Episteme dans ce débat. Oublies-tu que le capitalisme est apparu en Angleterre justement car les relations de propriété au sein de celle-ci étaient différentes du reste de l’Europe ? Episteme relève en effet un fait historique qui fait consensus chez les historiens.

    Je me dois aussi de remercier Episteme pour l’intérêt qu’il porte à mon propos.

  13. Ce n’est pas de cela dont il est question …

  14. Episteme Says:

    Allez, l’agitateur, expliquez nous pourquoi  »wikipedia n’est pas une référence »

    🙂

  15. « En gros, mes raisons pour douter de cette interprétation sont les suivantes: D’abord, vous ne pouvez pas montrer qu’avec le développement du capitalisme les paysans sont nécessairement poussés vers la classe prolétarienne par la contrainte car cela serait historiquement faux(bien que ce puisse être vrai localement) »

    si je comprend bien la question, je vais me permetre une réponse.

    ce n’est pas nessecerement à cause du capitalisme, mais à cause de la modernité, la technologie.

    avec l’arivé de la machine, un nombre inmesurable « d’emploi » on été perdu ou transféré à l’usine. pourait etre comparable au fénomène wal-marde.

    juste l’industrie du textile a réduit d’au moin 30% ses emploits, mais on est de plus en plus a avoir besoin de linge…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :