Des « experts indépendants » ?

Le Comité consultatif sur l’économie et les finances publiques s’est organisé une belle conférence de presse dernièrement pour expliquer que la situation fiscale au Québec va mal. Non seulement ça va mal, mais très mal : le malheur vient plus vite que prévu. Les résultats des travaux de « recherches » commandés par le Minstre des Finances, le bourgeois troudkiste Raymond Bachand, affirment que les dépenses dans les services sociaux sont beaucoup trop élevés comparé à notre province voisine – l’Ontario – alors que les richesses (c’est-à-dire la production, mais dans la mentalité arriérée et réactionnaire la production n’existe que depuis très récemment) sont insuffisamment crées.

Il y a donc « déséquilibre ».

Ces infâmes écervelés, qui ont le culot de se définir comme disciples de la secte « économiste » pour prouver leurs grandes connaissances des réalités économiques, disent donc que le prolétariat québécois est « fainéant et râleux ». En conséquence, ce dernier doit fermer sa gueule, perdre ses droits et gains obtenus grâce – et uniquement – aux luttes historiques. Ils amènent le fait que la province est la plus taxée de toute l’Amérique du Nord (et même du G7 et l’OCDE ! – ce qui est faux) et que la génération baby-boomer (nous pouvons en dire tellement sur celle-ci) vieillissante réduira la croissance économique (!), tout en obligeant à augmenter les dépenses dans le domaine de la santé – qui est, rappelons-le, en route à puissance cinq vers le privé.

Que faire ? se disent les économissss. Heureusement pour nous, prolétaires soumisES et dictéEs par la paresse, ils ont des solutions ! Il y en a trois en tout.

  1. Réduire les dépenses dans le domaine publique jusqu’au niveau de nos moyens, c’est-à-dire laisser le Capital se charger du publique pire que maintenant.
  2. Une fiscalité efficace qui ne compromet pas le développement économique, c’est-à-dire une capitalisation (valorisation de la valeur) sans limite.
  3. Une dette contrôlée sans pénaliser les prochaines générations, c’est-à-dire mourir en se donnant bonne conscience [aliénée bien sûr].

Mais ce n’est pas tout ! Oh non, avec les économissss, ce n’est jamais fini : ils feront deux nouveaux rapports, dont le premier illustrera les finances des services sociaux qui, selon la logique capitaliste, prend trop du Capital ; et le deuxième portera sur la relance économique (parce qu’il semblerait que la « relance » actuelle ne soit pas efficace) et la croissance économique (ou si vous préférez, la bonification infinie du Capital en négligeant toutes les conséquences politiques, sociales, écologiques et culturelles que cela engendre).

Pourtant, ce rapport à la noix fabriqué par des adeptes de leur gourou Parti Libéral du Québec où le capitalisme est la représentation divine sur Terre, n’est aucunement impartial. Pourquoi ? Parce que le comité est formé de quatre religieux au service de l’argent.

  • Pierre Fortin, professeur d’économie à l’UQÀM et chroniqueur pour la propagande capitaliste L’Actualité, fut ancien président à la Société canadienne-française de science économique et de la Canadian Economics Association. Conseiller capitaliste, il a été dressé (!) au doctorat en « science » économique à l’Université de Californie où une grève étudiante est en cours contre la hausse des frais de scolarité. Ces frais pour une session se chiffrent désormais à 10 000 US$ minimum, soit dix fois plus que l’université où Fortin enseigne présentement (c’est-à-dire, l’UQÀM). L’Université de Californie est réputée pour être bourgeoise, c’est-à-dire réservée à la classe sociale élevée (et même à la classe des surendettéEs). Fortin est l’un des signataires du manifeste-poubelle Pour un Québec Lucide.
  • Robert Gagné, professeur d’économie au HEC Montréal et directeur du Centre sur la productivité et la prospérité – think-tank « intellectuel de droite » à la IEDM -, il a obtenu son doctorat à l’UdeM, foyer des agentEs du capitalisme siégeant et vomissant depuis l’IEDM (sous contrôle de Power Corporation de Paul Desmarais, déchet multimilliardaire). Ayant présidé différents comités sur la « productivité » et « fiscalité », il représente un chevalier du Capital à chaque « consultation indépendante » qui lui est donnée de participer.
  • Luc Godbout, professeur d’économie à l’UdeS et propagandiste bourgeois dans La Tribune, fit des recherches théoriques sur l’interventionnisme étatique, ainsi que les impositions et politiques fiscales. Ses recherches ont souvent été basées sur l’impact du vieillissement de la population sur les dépenses publiques, ainsi que la gestion des finances publiques. Il a décroché un doctorat en France à l’Université Aix-Marseille 3, la plus hors-la-loi de tout le pays européen avec une imposition de frais d’inscription illégale allant jusqu’à 16 000 euros.
  • Claude Montmarquette est professeur d’économie au HEC Montréal et marionnette internationale de la « science » économique, est PDG du Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations ayant pour mission la finance et les politiques publiques. Il a orchestré le Rapport Montmarquette qui fut l’élément déclencheur légitimant l’offensive ouverte du Parti Libéral pour une hausse tarifaire généralisée. Signataire du manifeste-poubelle Pour un Québec Lucide, il a eu le cerveau lavé à l’Université de Chicago, école Mère de l’économisme néoclassique – courant déconnecté de la réalité sociale et des rapports sociaux qui la composent.

Nous pouvons donc voir un lien majeur entre ces ordures au service de l’argent : ce sont tous des capitalistes en puissance, dont la pensée est imprimée d’une interprétation fantasque du monde. Ces quatre individus n’ont rien d’indépendant, c’est-à-dire impartial : bourgeois libéraux, ils propagent leurs idées comme la peste, contaminant ainsi tout sur leurs passages. Il n’est pas étonnant de voir que l’accumulation et le profit sont des « choses » plus importantes que la vie et l’existence des êtres vivants.

Des « experts indépendants » en économie, ça n‘existe pas.

De telles voraces insoucieuses du sort de l’humanité, du ventre affamé et de la gorge assoiffée des masses mondiales, doivent être débarrassées de la planète pour que celle-ci puisse respirer à nouveau. Ces agentEs de l’argent, engagéEs pour exploiter cruellement jusqu’à la mort toute vie existante, sont coincéEs dans une logique capitaliste se structurant par l’entremise d’une machine extrêmement puissante. De sorte, ils et elles ne peuvent être retiréEs de leur poste par la simple volonté réformiste.

Le pire, c’est qu’il y en a vraiment qui pense que par la réforme, nous pouvons dire au revoir au capitalisme et aux dettes, aux misères, aux exploitations, aux lavages de cerveaux qu’il génère ! Mais réveillez-vous bon sang : le capitalisme n’est pas réformable vers le socialisme, vers un visage plus « humain » et « doux ». C’est impossible ! C’est de la câlisse de foutaise tout ça ! Couper la tête d’un pissenlit ne l’empêche pas de repousser et de se multiplier pour devenir encore plus parasitaire qu’il ne l’était !

C’est dans sa nature même du capitalisme de générer ces crises perpétuelles selon un cycle infini ! Penser que produire d’avantage, réformer ou dépenser moins règlera quelque chose, c’est archi-faux !

Ces « experts indépendants » ne cherchent qu’à renforcer et à agrandir l’omniprésence capitaliste. Ils en ont rien à foutre de votre vie : vous n’êtes qu’unE simple prolétaire bon marché pour engraisser le Capital par votre temps. Leur but est de réduire vos conditions matérielles, vos conditions de vie vers la misère humaine, la régression de vos gains historiques, de vos droits et vos garanties.

Je vous le dis en toute sincérité camarades : évitez les balles enrobées de sucre de la bourgeoisie et libérez-vous de vos chaînes !

Publicités

4 Réponses to “Des « experts indépendants » ?”

  1. Ce n’est pas le fait de visser des tv qui fera que nous avons des meilleurs médecins.

  2. Pour être honnête, j’ai pas compris l’expression.

  3. L’université de chicago n’est pas plus la  »Mère » de  »l’économisme » néoclassique que Harvard, Minnesota, Berkeley ou Princeton. Vous confondez l’école de chicago et l’école néoclassique, qui, bien que partageant certaines prémisses(tous les économistes du courant néokeynesien au monétarisme en passant par les nouveaux classiques utilisent des hypothèses et des techniques d’analyse empruntées à la pensée néoclassique) , sont deux doctrines économiques bien distinctes.

    Donc corrigez vous.  »Mère » de l’école de chicago oui,  »Mère » de l’école néoclassique, vous divaguez.

    Sinon, j’espère que tout va bien pour vous. : )

  4. […] Tower (Chicago)Chicago Board of TradeChicago City HallChicago Cultural Center Liens connexes : Des « experts indépendants » ? « L'AgitateurSignataire du manifeste-poubelle Pour un Québec Lucide, il a eu le cerveau lavé à l'Université […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :