Le trou du cul du mois

Le Grand Prix du Trou du Cul bon à l’incinération au crématorium avec ses ordures semblables est remis à l’avocat bourgeois Jean Charest. Champion dans l’offensive de la hausse des tarifs des services sociaux et de la privatisation des richesses naturelles (comme l’eau !), cette poubelle vivante n’a jamais hésité à mentir aux masses et à les arnaquer sous prétextes de la « concurrence », de la « croissance économique » et de la « nécessité pour le Québec ».

Dernièrement, cet arriéré mythomane au pouvoir depuis six ans déjà a affirmé que la magnifique prime de 75 000$ par année qu’il touchait de son parti était le nécessaire pour vivre. Un fait que Patrick Bourgeois, président du Réseau de Résistance Québécoise, avait déjà élaboré il y a un an de cela dans son livre « La Nébuleuse » (pour vous montrer que cela n’a rien de nouveau). Cette somme vient s’ajouter avec son salaire de Premier Ministre qui monte à 175 000$, allant donc jusqu’à 250 000$ par année (+15 000$ pour rembourser ses « dépenses »). Il a cette prime depuis 1998, soit une accumulation de 825 000$.

Doublement payé pour vomir sans crainte sa fierté. Incroyable, n’est-ce pas ?

Pour reprendre ses propres termes, cet hostie de chien ose se moquer et insulter publiquement, devant tout le monde, la bouche bien ouverte, des conditions misérables et de survie de beaucoup au Québec. Ce sont ces même personnes qui tentent de se débrouiller avec le salaire crève-la-faim de moins de 8000$ par année (s’ils ont la chance …) Non seulement il s’en moque, mais il se paie chaleureusement la tête de tout le monde puisqu’il sait déjà que nulle n’arrachera sa belle prime, son beau salaire, ses belles allocutions et indemnités, ainsi que son pouvoir de Premier Ministre ! Au service de la bourgeoisie – et uniquement -, il s’en donne à coeur joie avec l’approbation de tout le monde.

C’est là que nous reconnaissons bien Jean « Trou du Cul » Charest dans sa position de bourgeois : son mode de vie nécessite un revenu élevé, celui-ci reçu sans jamais rien produire, par la simple « parole » et représentation de ses disciples (et gourous) du capitalisme. Non seulement ça, mais il dit « non » à l’enquête publique – ce qui fait l’affaire du « syndicat »-mafieux de la FTQ-construction -, « non » aux revendications (qui, avouons-le se limitent dans le cadre capitaliste) des prolétaires et étudiantEs, et « non » à l’abandon du CHUM en PPP.

Non, non, et encore non, et toujours non. Il s’en câlisse : il est Premier Ministre, selon les mesures bourgeoises instituées, et s’en réjouit ! Sur votre dos et le mien ! Il surfe sur la vague du Capital, la graisse bien à l’air, cheveux coiffés dans le vent et en maillot de bain rouge canadien. Il va continuer pendant encore quelques années et rien ne va lui arriver : rien ! Justice de la part des masses ? Bullshit. Révolte populaire contre lui ? Fuck off. BernéEs dans l’aliénation, ni les prolétaires, ni les sous-prolétaires, ni les bourgeoisES rebelles (!) iront l’entarter, le kidnapper ou détoner sa demeure.

Pour le renverser, il faut renverser le capitalisme, c’est-à-dire violemment par la lutte armée, la guerre des classes : il n’y a point d’autre moyen. Tant que le capitalisme restera debout, bien que malade et voué à crever, le Premier Ministre du Québec continuera à s’en prendre plein les poches en disant que c’est ce qui lui faut pour vivre. Vous avez le choix : lui laisser une belle vie dorée (il a quand même 51 ans !) ou s’organiser ici et maintenant à l’insurrection. Ayez conscience que ce trou du cul n’est qu’un seul minuscule exemple parmi tant d’autres. Vous voulez en finir avec lui ? Agissez.

Il ne deviendra pas « gentil » et au service du peuple par le simple dialogue : il s’en câlisse !

« 'scusez, la prime du parti m'fait des effets ! »

7 Réponses to “Le trou du cul du mois”

  1. Je suis d’accord avec vous jusqu’avant le dernier paragraphe, la lutte armée n’est pas le seul moyen. Si la majorité des habitants du québec commenceraient à faire de la désobéissance civil et arrêter de payer ses taxes et ses impôts, que se passerait-il ? Si les policiers se mettraient à envoyer leur supérieurs et leurs ordres ? Et si les québécois cessaient d’acheter leur produit par des personnes exploités par la classe bourgeoise ?

    Nul besoin de lutte armée.

  2. j’allais dire presque la meme chose… sauf que jaimerais mieux comprendre, en détail, pourquoi (et particulièrement « comment ») ce cerait le seul moyen.

    non seulement le rapport de force est très inégale (meme avec de la guerrilla… on est en forte infériorité numérique[?]). meme si il y en a beacoup qui en ont plein leurs casques, je ne crois pas que la moitié d’entre eux soit près a aller tiré ou se faire tiré dessus…

    sa me fait pensser un peut a un squetche de monmonrency ou il fait une parodie de Pierre Falardeau…. un moment donné y « pogne les nerfs » et lache un « faut prendre les armes! »…

    on s’est pourquoi il faut changer, sauf que le comment est très vague.

    peut-être que c’est parceque on veux pas crever…. si on avais pas le choix (soi tu meurs de faim dans 3 jour ou sois tu risques de prendre une balle mais de sauver tout les autre), peut-être que tu toucherais plus de gens…

  3. @Antoine : de belles idées qui, malheureusement, restent dans l’idéalisme. Au niveau matérielle des choses, c’est-à-dire concrètement dans le mouvement historique des êtres humains, c’est impossible et purement fantasque. Faire de la désobéissance civile et cesser la paye des taxes et impôts, il y aura sévère répression. Payer des taxes et impôts, c’est une contrainte capitaliste pour subvenir aux besoins de subsistances de la bourgeoisie politique sous le voile du « subvention des services sociaux » pour légitimer le tout. Tu ne peux, du jour au lendemain, cesser tout ça. Plusieurs tentatives ont déjà été faites pour différentes situations, et ont tous échoué. C’est de la perte de temps pour rien. De plus, le capitalisme ne tombera jamais de la sorte.

    Les policiers ne désobéiront jamais leurs officiers : ils sont entrainés, maniés, éduqués et disciplinés à obéir à la lettre à leurs supérieurs. Si ceux-ci demandent à ce que la police tabasse, elle tabassera. La police est une classe sociale intégrante du capitalisme au service de la bourgeoisie dans le but de protéger ses propriétés. Elle n’est pas du côté du peuple, mais bien de la réaction. Il n’est pas rare de voir des fascistes nazillons avec la police s’en prendre aux manifestants.

    Arrêter d’acheter des produits de subsistances, c’est impossible dans les conditions matérielles dans lesquelles nous vivons. Tous les produits sont crées par, justement, la classe exploitée, c’est-à-dire le prolétariat, et la bourgeoisie l’exploite. Telle est la contrainte et logique du capitalisme. Si tu n’achète plus de tels produits, c’est que tu ne t’achète plus rien : il sera alors pour toi le temps de produire tes propres moyens de subsistances ; or, tu n’as ni le terrain, ni le temps, ni la volonté, ni les connaissances pour le faire.

    De telles idées, encore une fois, ne mettront jamais le capitalisme à terre. C’est seulement toi qui te mettra à terre. Toutes « petites actions » et « réformes » resteront dans le cadre bourgeois donné. L’attaquer de l’intérieur, c’est impossible : il faut l’attaquer de l’extérieur, c’est-à-dire par les armes, une organisation révolutionnaire et une théorie révolutionnaire. Autrement, comme on le voit depuis bien trop longtemps, c’est de la perte de temps.

    @krymz : comprendre en détail « pourquoi et comment » ce serait le seul moyen, je l’ai déjà écrit dans différents billets. C’est l’unique moyen de renverser la bourgeoisie et son système pourri qu’est le capitalisme. Ce mode d’organisation ne peut tomber et s’évaporer jusqu’à terme de lui-même : il faut le détruire, et seules les armes le permettent parce que la bourgeoisie possède tout un arsenal pour réprimer toute tentative d’avancée vers le socialisme, le communisme. Le capitalisme est une puissante machine qui régulent tous les rapports sociaux de propriétés, et sa logique est de préserver à tout prix, par tous les moyens, l’existence même de ces rapports sociaux de propriétés (et propriétés tout court) étant donné que ce sont ce qui le maintiennent en vie. Par la réforme, c’est impossible de détruire le capitalisme : cela reste toujours dans le cadre légal bourgeois, donc dans les mesures capitalistes sans menacer même son existence.

    Tant que son existence n’est pas menacée, toute action est inutile à sa mise à mort. Tu peux en avoir une idée résumée dans le manifeste insurrectionnel où il est stipulé que le matérialisme dialectique, c’est Praxis, c’est-à-dire la pratique des rapports sociaux dans la réalité.

    Maintenant, comment s’y prendre ? C’est une question que tout révolutionnaire se divise pour différentes raisons. De mon côté, je stipule qu’il faut trois éléments :

    -L’organisation et la planification du mouvement révolutionnaire, de l’idée insurrectionnelle et de la théorie de la lutte armée.

    -La mise en place des conditions matérielles – des réalités et des opportunités dans l’immédiat – nécessaires pour amener la victoire d’une lutte révolutionnaire.

    -L’insurrection par les armes des organisations radicalement démocratiques en vue d’une révolution où le seul pouvoir sera celui du réseau d’organisations démocratiques révolutionnaires.

    De ces faits, la lutte armée peut se réaliser. Cela se résume à faire 1) organisation et planification 2) financement, propagande et agitation révolutionnaires 3) lutte de classes violentes.

    Sauf que selon le courant, ça se sépare : les anarchistes n’aiment pas l’idée d’une planification et organisation disciplinées (soit, sous un parti révolutionnaire) ; les sociaux-démocrates rejettent toute théorie révolutionnaire (incluant la lutte armée) ; les trotskystes refusent toute lutte armée et pratique révolutionnaire, tout en cultivant une théorie révolutionnaire [déconnectée de la réalité objective] (ce ne sont pas des communistes, soyons clairs).

    Voilà où on en est dans notre problématique révolutionnaire contemporaine. Et pour répondre à ton dernier paragraphe, je vais te donner un citation de Mao Tsé-Toung que je trouve très juste concernant la révolution armée : « La révolution n’est point un dîner de gala, ce n’est pas comme si on écrivait un essai, peignait un tableau ou brodait une fleur. Elle ne peut s’accomplir avec autant de raffinement, d’aisance et d’élégance, avec autant de douceur, de calme, de respect, de modestie et de déférence. Une révolution est une insurrection, l’acte de violence par lequel une classe renverse le pouvoir d’une autre classe. » Faire la révolution sans avoir de perte, c’est la faire dans un jeu vidéo ou une littérature.

  4. personelement, j’esseille de voir le meilleur de toute les possibilité, meme si elle sont des « fantaisies ». donc dans un sens je suis completement d’accord avec ton point de vue, meme si sa serais mieux que l’on se pardonne a tous et a chacun et que on se la graisse bin dur tous ensemble pour faire changement.

    quand je disais comment et pourquoi, je voulais vraiment dire où il faudrait fraper et pourquoi ces endroit sont plus stratégiques que d’autres, et comment il faudrait fraper (non-létale vs létale par exemple)….

  5. ce qui n’est probablement pas lendroit pour en parler….

  6. dannydufort Says:

    je suis tout a fait daccord avec toi ..c est vraiment un sac a merde qui nous rie dans la face et il continue de se faire graisser la pate par les lobeyistes de plusieurs secteur industriel ,petrolier,banque…un vrai capitaliste…

    un vrai de vrai mangeux de marde..il m écoeurent depuis le premier jour ou je l ai vu..pourtant ou je travaillais il y avais une forte majoriter d immigrées et pour qui pensser vous qu ils votaient??évidament pour jean charest…

    juste pour vous dire comment les gens qui ont votés pour lui ont un
    jugement légerement défaillant..

    ils étaient une quinzaine a parler dans la cafeteria que l homosexualité s attrapait comme une grippe et que c étais un virus propager par dieu et donc il ne fallait pas etre trop pret de gays de peur d attraper l homosexualité…

    et ils ont le droit de voter…que c est beau la démocratie juste pour une classe de gens…les riches…pour nous peux importe qui est au pouvoir on est de plus en plus pauvre..

  7. JEAN CHAREST DIT LE MAUVE EN PLUS D’ÊTRE UN TROU DE CUL ! IL EST LE GRAND MASTURBATEUR DES QUÉBÉCOIS !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :