Le fascisme comme nouvelle discipline sportive

Vancouver accueillera les Jeux Olympiques d’hiver 2010, événement lucratif qui fera la joie des capitalistes. Des sommes immenses rapportées par le tourisme, les investissements étrangers (et le gouvernement libéral de la Colombie-Britannique propose comme plusieurs gouvernements, des diminutions d’impôts et de taxes allant dans le sens des politiques néolibérales). Le projet de haute envergure se montre respectueux des peuples autochtones et de l’environnement et pourtant, ces jeux sont à l’origine de conséquences néfastes énormes sur les plans social, humain, écologique, etc.

Le Comité organisationnel olympique a fait de Vancouver la ville qui fera la grande réception de toutes et tous ces grand-e-s athlètes mondiaux et que la population canadienne se montre favorable ou non, le gouvernement fera tout pour que l’événement ait lieu. Ironiquement, l’inukshuk – structure de pierres de la nation inuit – est le logo des Jeux de 2010. Alors que le Canada bafoue les droits des peuples autochtones en faisant de ces nations, des humains totalement au bas de la société : acculturés, marginalisés, appauvris, détruits. Le Canada, rappelons-le, est le seul pays qui ne reconnaît pas le droit à l’autodétermination des peuples autochtones en référence à la déclaration de l’ONU.

D’importantes infrastructures sont mises de l’avant : Constructions d’hôtels luxueux au détriment des logements sociaux) et de stades, coupures de forêts à blanc pour en faire des pentes de ski, déplacements de populations pour le site. Bref, un projet catastrophique qui aura coûté 6 G$! Les programmes sociaux devront attendre; meilleure chance la prochaine fois. Afin de faire de Vancouver une ville étincelante, des règlements municipaux (politique de criminalisation de la pauvreté) ont été adoptés afin de faire un important nettoyage social pour s’y assurer de donner des contraventions aux marginaux, d’empêcher les pauvres de fouiller dans les poubelles, de déplacer des itinérant-e-s hors du centre-ville et pour ce faire, augmenter les effectifs en sécurité. C’est-à-dire, l’embauche massive d’environ 12 500 agent-e-s privé-e-s de sécurité et des Chien-ne-s de garde du Kapital ajouté-e-s à une surveillance accrue du domaine public afin de maintenir l’ordre et d’étouffer tout mouvement contestataire! Le Canada doit censurer et faire de son État, comme tout État, un État policier. Un État toujours au service de la bourgeoisie. Un État, dont les finances sont toujours dans le rouge, mais tournent au vert pour engraisser les firmes globales. Un État se montrant raciste à l’endroit des nations autochtones.

Alors que le Canada s’est érigé sur des terres ancestrales volées, profitant du pillage des ressources et saccageant la vie des indigènes qui y vivaient autrefois et y survivre aujourd’hui, des Jeux Olympiques si nobles représentant la compétitivité, la victoire, la gloire, la performance sportive de chacun de ces individus représentant un pays sont laissés entre les mains d’un Canada multiculturel satisfaisant tous les droits humains, même en laissant un de ces citoyen-ne-s glandé et torturé, sans procès, à Guantanamo. C’est dans la nature de l’État et du capitalisme. Détenir le capital, garantir les propriétés et servir cette pourriture de classe bourgeoise. S’il faut se battre contre l’État bourgeois, il faut viser un symbole important : les Jeux de 2010, qui a des conséquences bien réelles sur la population, et surtout, sur le prolétariat. Si l’exploitation quotidienne sur le prolétariat se fait trop subtile, tentons de démontrer qu’un système d’apartheid existe.

Agissons contre les Jeux de 2010, contre l’État canadien, contre la bourgeoisie, contre le système capitaliste. Si la lutte doit se matérialiser, qu’elle se fasse, de manière organisée et armée, contre des projets comme celui-ci, duquel tous les regards dans le monde sont tournés vers ce cirque monumental. Un simple boycott télévisuel ne changera RIEN. On a eu la preuve en 2008 avec les Jeux de Pékin. L’État se dote d’une main-d’oeuvre armée contre nous, à nous de répliquer de la même façon.

Luttons camarades!

Infos:  http://www.no2010.com

Publicités

3 Réponses to “Le fascisme comme nouvelle discipline sportive”

  1. Je suis vraiment content qu’il y ait une mobilisation contre les JO de Vancouver. Je trouve tellement que la propagande patriotique qui accompagne cet évènement est dégoûtante…

  2. Déchet social Says:

    Il y a une première action, pas révolutionnaire, mais une perturbation au passage de la flamme olympique. À cette action et analyse de la tenue des jeux olympiques, il faut appliquer une pensée radicale contre l’État et le capitalisme et entreprendre des actions directes et concrètes. Il ne faut pas perdre de vue la révolution…

    Bref, pour l’instant, il y a ce rassemblement d’anars:
    Montréal, coin Notre-Dame et Place Jacques-Cartier, 10 déc, 17h30

    «No olympics on stolen native land»

  3. Ils violentent et trucident la symbolique simple et vraie de l’inukshuk. Il y a des inukshuk jusqu’en France

    http://ysengrimus.wordpress.com/2010/01/01/l%E2%80%99inukshuk-de-courseulles-sur-mer-des-gens-sont-venus-ici%E2%80%A6/

    Leurs mystères et leurs émotions sont dévoilées ici.
    Paul Laurendeau

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :