Un exemple flagrant du capitalisme financier

Le capitaliste connu de Wall Street, Bernard Madoff, devenu le plus grand fraudeur de l’histoire, a été reconnu coupable de 11 chefs d’accusations et a été condamné à 150 ans de prison pour purger sa peine. Manipulant pendant 30 ans plus de 50 milliards de dollars auprès de milliers de capitalistes et bourgeoisES de tout niveau – mais aussi des associations caritatives, il faisait le parfait bonheur de touTEs ses « clientEs » avec la logique financière. Vous savez, cette logique capitaliste qui fait autant de sens que cette image. Par la chaîne de Ponzi, il a crée une pyramide basée sur des promesses et des spéculations (vulgairement, la logique financière) au point d’avoir des valeurs astronomiques sorties tout droit de l’air, qui n’ont jamais existé.

Ni productive (A – M – P – M’ – A’)*, ni échangeable (A – M – A’), l’irrationalité de la fructification représente plus que la valeur réelle de production. La valeur d’usage (intrinsèque) de la marchandise (le bien et le service) produite par le prolétariat est nettement inférieure à la valeur d’échange (relative) des marchés boursiers, d’échanges et des produits. Ces spéculations financières, traduites en crédit, n’ont aucune valeur réelle (soit, la valeur d’usage). Pourquoi ? Parce qu’elles n’existent pas. Ce sont des inventions, des créations de valeur tirées de l’air. Pourtant, Madoff en a bien profité et a amassé des morbides sommes d’argent… venues du ciel. Ces sommes n’ont, pour l’énorme majorité, jamais existé. Cette ordure de 71 ans en a rien à cirer de toute façon : il est déjà mort, et pourrira derrière les barreaux jusqu’à la mort avec le sentiment d’avoir passé dans l’histoire.

Pour en savoir plus sur cette absurdité du capitalisme, cliquez ici.

Cela fait donc un bourgeois de moins dans les rangs du capitalisme, mais il en reste plein d’autres qui ne seront nettoyés que par l’insurrection, la révolution. La justice capitaliste n’est capable que de confronter les plus monstrueux et grotesques vermines du capitalisme à la merci de la bourgeoisie, dépassant l’éthique financière même qu’ils se permettent entre eux. Vous avez compris : lorsqu’une tentacule du capitalisme menace le capitalisme même, les gardienNEs la coupent aussitôt pour éviter qu’il s’écroule. Résultat ? Le capitalisme tient encore debout, et ne tombera que lorsque le prolétariat arrêtera de se bouffer avec lui-même (!) et poussera avec violence le Capital.

Certes, nous voilà débarrassé d’un trou du cul de première : Bernard Madoff !

Un bourgeois de moins !… c’est un bourgeois de moins !

*Analyse marxiste de la valorisation dans ses rapports. A pour « argent », M pour « marchandise » et P pour « production ».

Publicités

Une Réponse to “Un exemple flagrant du capitalisme financier”

  1. Bah, on envoie inutilement en prison un criminel facile, mais on ne remet pas en question le système capitaliste.

    Ceci dit, Madoff est quand même un salopard criminel!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :