« Guerre aux palais, paix aux chaumières »

À chaque occasion, des textes seront suggérés à lire pour cultiver une pensée insurrectionnelle et agitatrice dans le but de promouvoir la révolte, la révolution, la lutte prolétaire. Ces textes chercheront à vous provoquer. Le nom des auteurs qui ont écrit ces textes ne sera pas divulgué ici afin d’éviter toute barrière de préjugés et de stéréotypes qui freinerait la lecture révolutionnaire. (Si vous devinez d’avance, tant mieux pour vous !) Ces textes seront affichés en petit extrait sur le blogue pour limiter la grandeur des textes. Bonne lecture…

Un autre petit dogme s’est installé dans la constellation des idées magiques : celui de l’action non-violente. Nous disons un dogme, et ce n’est pas par dérision. La non-violence dans le mouvement social (la désobéissance civile par actions non-violentes) et son extension dans le domaine de la défense nationale (le transarmement et la défense par actions civiles – DAC) sont une tentative de systématisation à l’intention du réel, à travers un discours technique sur les moyens de lutte et de mobilisation, de certaines conceptions imaginaires, idéelles de la politique, du pouvoir et de l’État en particulier.

Ces conceptions sont recouvertes par un discours technique qui fait écran. Elles sont ainsi généralement acceptées à l’aveugle, sans vérification

Prendre le parti du réel contre le fabriqué

Il est important de débattre de la question de l’exclusion de la violence de classe spontanée et de la violence révolutionnaire par les courants petits-bourgeois actuels, et de contester les présupposés de cette non-violence. Pour nous, cette exclusion est clairement un refus conscient d’aller à la révolution. C’est un avatar parmi d’autres du réformisme borné à l’horizon capitaliste. Dans ce débat, il s’agit d’abord et avant tout de prendre le parti du réel contre le fabriqué, c’est-à-dire d’adopter une position matérialiste sur la question de la violence.

==> Lire la suite

Publicités

Une Réponse to “« Guerre aux palais, paix aux chaumières »”

  1. Enfin, je l’attendais celui-là. Ça l’a été déterminé avec la pensée rationnelle mon cher que la violence conduit inévitablement à la violence jusqu’à épuisement des ressources. Ce n’est pas grâce à la violence qu’on peut amener les gens à penser différemment. Éric Well a dit que celui qui utilise la violence se met en dehors de la communauté humaine, car la violence détruit la communauté et les avantages qu’elle apporte. (en supposant qu’il y aie avantages).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :