Tout le mal est en Iran…. c’est connu….. et à Cuba, en Lybie, au Venezuela…

On a beaucoup parlé des élections iraniennes. Je veux dire, pas sur ce blogue, mais dans les médias (bourgeois ou non). On a traité la réélection du président sortant comme une vraie défaite pour la liberté et la démocratie. Je veux dire, même si les journalistes nous font grâce de leurs fades opinions de scribes, ils montent quand même les faits pour faire ressortir l’essentiel, voire quelques émotions chez le citoyen : « cette élection est une arnaque et vous devriez remercier le ciel de connaître la justice et la liberté dans nos belles démocraties occidentales ». En tout ça je n’ai pu m’empêcher de réagir comme l’aurait fait Milton Friedman en apprenant ça à la radio. Mais bon, quand on laisse tout ça décanter et qu’on oublie nos conditionnements archaïque, tout rendre dans l’ordre (de la raison, entendons-nous)

J’ai quelque peu suivi le débat du coté de la critique (avec, je dois me confesser, beaucoup, mais beaucoup d’ennui), incarnée massivement par la petite bourgeoisie iranienne « exilée », priant pour un Iran libéré de ses « indécrottables tendances théocratiques » qui vivrait alors sa pleine et totale liberté dans la démocratie et la légitimité du pouvoir (j’en ai presque les larmes aux yeux!). Oui, les « mousavistes » sont de drôles de bêtes : ils ont même présenté un rapport émis par le ministère de l’intérieur iranien démontrant la défaite d’Ahmadinejad. Mais bon…..ils sont surtout drôles parce qu’ils croient que la démocratie bourgeoise va changer quelque chose à la vie des classes dominées et exploitées d’Iran, ce qui revient à juger que le pouvoir politique servirait autre chose que des intérêts financiers (nationaux au non). Une idée bien loufoque, quand on considère que la grande bourgeoisie s’accommode à merveille du régime en place, pourtant dictatorial et « anti-démocratique », sans oublier que les pauvres de l’Iran (toxicomanes ou criminels) ressemblent drôlement aux pauvres de l’Amérique-juste-et-belle.

À devoir choisir entre une théocratie ou une ploutocratie, au XXIème siècle, je choisis la première (oui oui, vous avez bien lu). Je préfère qu’il y ait un consensus chez le peuple iranien quant à la nécessité de détruire cet outil de domination qu’est l’État plutôt qu’une apparence de justice et d’égalité dans la violence et la contrainte quotidienne. Certes, un gouvernement « légitime » et reconnu par la communauté internationale est beaucoup plus crédible aux yeux des masses. Mais ça, qu’est-ce que ça apporte, sinon la paix sociale ?

Je suis conscient qu’il peut paraître étrange de préférer un gouvernement despotique à un autre, mais sachez, chers lecteurs, que vous êtes conditionnés par votre père spirituel, l’État, à avoir peur des mots : dictature, violence, crime, injustice, que paradoxalement, vous légitimez vous-même en acceptant ce système violent, dictatorial et oppressant. En l’occurrence, il est tout-à-fait normal d’adhérer à l’opinion de la presse internationale, des bourgeoisies iranienne, américaine et québécoise « éclairées », quand à l’idée que vous devez vous forger d’un tel évènement politique.

Également, je ne peux m’empêcher de soulever l’intérêt que portent les États capitalistes du monde entier à dénoncer et à critiquer, sur des bases strictement électorales et philosophique (!), un régime opposé drastiquement à l’Occident, à ses intérêts économiques et qui favorise avant tout (avec l’industrie du pétrole, par exemple) sa bourgeoisie locale. Mais là, on se croirait dans un cours d’un tenant de l’approche « réaliste » en sciences politiques, tellement ce fait est banal et évident.

Les deux paragraphes précédents devraient avoir mis un peu de confusion, sinon de la rage dans quelques-uns de vos esprits, ou dans quelques cœurs fougueux. Mais si vous êtes intransigeants, catégoriques et croyez dur comme fer à vos belles valeurs bourgeoises – incarnation de l’humanité et du progrès de la raison – il vous reste une délicieuse et très lucrative avenue.  Voilà cette belle histoire : après la deuxième guerre mondiale, le capital en avait assez des bien-pensants et des petit-bourgeois névrosés qui ont mauvaise conscience avec le système qui les nourrit si grassement. Voilà pourquoi il a mis en place un « mécanisme », disons une soupape en sureté (même si ces gens n’étaient en aucun cas dangereux, mais simplement des vrais « tannants »), un lieu qui permettrait à tous ces gens bêtes et naïfs de parler de grandes choses, avec de grands mots creux comme leurs têtes ainsi que de projets aussi improbables et hypocrites que réactionnaires. Cet endroit, ça s’appelle l’O.N.U.

Au plaisir de vous y croiser, les amis.

Publicités

Une Réponse to “Tout le mal est en Iran…. c’est connu….. et à Cuba, en Lybie, au Venezuela…”

  1. tchèque sa:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :