Un sous-prolétaire écrasé pour s’être « allongé »

L’information est toute fraîche et vide de contenu.

Dans la nuit du 20 juin, un sans-abris aurait été tué. Comment ? Il a été écrasé, et l’automobiliste ne l’a pas vu. Ce dernier affirmait que le secteur n’était pas éclairé, et ignore si le sous-prolétaire s’allongeait ou tombait sur le sol. Or, à quelle vitesse roulait-il ? Ses phares n’étaient-ils pas allumés ? On ignore tout de ça. Par contre, je me demande ce qui aurait été dit si c’était un bourgeois ivre qui « tombait ou s’allongeait » sur le sol de la ruelle… qu’aurait-on dit dans ces mass-médias poubelles ?

Ce qui est révoltant dans cette très courte nouvelle, c’est que le qualificatif « ivre » y est ajouté pour montrer l’absence de valeur humaine (!) du sous-prolétaire et l’absence incroyable d’informations. Ils auraient dû aussi rajouter « sale », « puant », « pauvre » et « laid » pour que c’en soit une « bonne chose » qu’il soit écrasé. Pathétique.

Le tout s’est passé dans une ruelle. Ça en dit long…

Publicités

Une Réponse to “Un sous-prolétaire écrasé pour s’être « allongé »”

  1. The fuck ? Écrasé dans une ruelle ?! Fallait qu’il roule vite le gars pour écrasé quelqu’un dans une fucking ruelle !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :